Tolérance, bienveillance, respect

Il y a quelques jours, je suis tombée sur un article qui parle de JK Rowling et où elle est accusée de transphobie. Je vous mets un résumé de l’affaire dans cet article de Madmoizelle. Mon avis sur la question est simple : Soyez-vous même et la société doit reconnaître les personnes non-binaires et trans et faciliter le changement de sexe – démarche trop compliquée encore – et à part les « problèmes » que j’ai avec l’utilisation des pronoms neutres à vrai dire je n’ai aucun mal à considérer que l’on puisse être non-binaire.

Avant que je me fasse incendier sur l’usage des pronoms neutres ( cet article est très explicite sur leur usage ), pour moi c’est la même chose que le point inclusif : cela pose deq soucis de lecture et d’apprentissage de l’orthographe. Je suis dyslexique et dysorthographique donc je parle en connaissance de cause. Quand on m’enseigne : elle est fatiguée et dans un texte se (potentiellement) confronter à : UI est fatiguet. Comment vous voulez que les gens handicapés (oui, c’est un handicap) comprennent ? J’ai eu à enseigner la lecture à des élèves et ne me dites pas que si on enseigne le français d’une manière académique l’usage de UI est fatiguet ou il.elle est fatigué.e ce n’est pas un souci pour l’apprentissage. Ou alors, allez enseigner et après on en reparle. On m’a déjà dit que:

  1. il fallait mettre les élèves en contact avec des textes de leur niveau. Alors à l’école, oui et les enseignants le font. Mais si vous me dites qu’un enfant qui apprend à lire ne sera pas tenté de lire tout ce qu’il lui tombe sous la main (et donc non adapté), vous êtes naïf.
  2. Les parents n’ont qu’a expliquer à leur progéniture ces usages. Cela partait d’un très bon sentiment, mais si vous n’avez jamais enseigné en école et en REP ou REP+…comment dire ? J’ai eu des classes où plus de la moitié des élèves ne parlaient français qu’à l’école et dont les familles ne parlaient pas ou peu le français et ne savaient pas le lire. J’ai même eu des publics « blancs » et français qui ne savaient pas lire le français – comme quoi ce n’est pas la couleur de peau ou le pays d’origine qui fait l’analphabétisme ou l’illettrisme. Pardonnez-moi si ce que je vais dire est discriminatoire, mais j’ai dû mal à concevoir que des personnes ne lisant pas le français puisse expliquer ces formes d’écriture à leurs enfants. Je ne parle même pas de certaines communautés (philosophiques, religieuses, politiques…) qui n’enseigneront jamais à leur progéniture que l’on puisse être autre chose que cisgenre et hétérosexuel.

Tout ça pour dire que j’ai du mal avec l’emploi de ces pronoms neutre mais que je ne suis absolument pas contre pour leur utilisation. Ce qui m’amène au vif du sujet : la tolérance.

La formation de professorat que j’ai eu c’était : BIENVEILLANCE ! J’en ai fais mon cheval de bataille. J’ai dû mal parfois, à vrai dire de plus en plus car certaines choses m’énervent (en vrac et liste non exhaustive) :

  1. Dire que les personnes violées étaient d’accord. Vous savez le commentaire en mode « elle l’a bien cherché cette salope » ou encore « quand on ne veut pas on se défend ».
  2. Les commentaires en mode :  » C’est de la faute de telle communauté si… » (mettez ce que vous voulez à la place de communauté).
  3. Les idées selon lesquels le chômage et la pauvreté c’est la faute des chômeurs et des pauvres. « T’façon les chômeurs s’ils pouvaient ils trouveraient du boulot. » « du travail y’en a quand on cherche. » Bah, ouais après tout y’a qu’à traverser la rue, c’est vrai.
  4. Les commentaires homophobes, transphobes etc et pire ceux qui confondent homosexualité et pédophilie.
  5. Les artistes ne servent à rien. « Et sinon, t’as un vrai métier dans la vie? » Je crois que ça c’est les granules de sucre, sur les copeaux de chocolat, sur la cerise, sur la chantilly, sur le gâteau.

Plus j’y pense et plus je me dis que me mettre en colère, m’opposer, critiquer et juger c’est de la daube. C’est à ça que m’a fait penser les tweets de Rowling. J’ai médité sur la pensée politiquement correcte.

Ce que je me disais au sujet de la maman de Harry Potter, que les gens sont vachement prompts à la renier parce qu’elle a des idées transphobes, que beaucoup de gens disent « pourquoi elle a dit que Dumbledore est gay si elle est transphobe » (on leur dit que c’est différent ou pas ?) et surtout que la pensée politiquement correcte ça commence à bien faire. J’ai bien conscience que c’est contradictoire. Je suis le genre de personne si tu me dis ce que je dois penser ou faire, y a fort à parier que je vais faire tout le contraire parce que je n’aime pas que l’on dicte ma conduite ou ma réflexion.

Je prône la liberté de penser, la différence et le fait que tout ce qui compte dans la vie c’est d’être soi, de ne pas faire de mal aux autres et de respecter autrui et ses opinions. Alors oui, « soutenir » une personne TERF c’est très éloigné de mes valeurs. Et pourtant pas tant que ça.

J’en suis à me demander si en disant « tout le monde a le droit au respect » (de ses opinions, pensées, valeurs, modes de vie, intégrité physique etc) et bien il ne faut pas aussi respecter les personnes qui disent des choses comme « il n’y a que deux sexes et deux genres », « il faut se marier et faire des enfants », « il faut être de telle religion » etc. Alors attention, je ne dis pas qu’il faut accepter et inciter à la haine.

Prenons l’exemple de Madame Rowling. On dit qu’elle est transphobe parce qu’elle estime qu’il n’y a que deux sexes et deux genres (dans les faits c’est vrai).

En quoi est-ce un problème ? Est-ce que la société en est rendue à vouloir imposer la domination d’une idéologie politiquement correcte ? Est-ce que c’est devenu mal de penser autrement ? On met en avant la liberté d’expression et d’expression de soi, on veut libérer les humains des carcans, mais en même temps on cherche à imposer une vision unique. Je trouve cela très dangereux qu’au profit des droits de chacun – qui sont une très bonne chose – on en vienne à refuser toutes autre forme de réflexion. N’est-on plus libre de penser et de s’exprimer librement ? Ne courrons-nous pas vers un monde de censure ou d’autocensure ? A trop vouloir lisser la société, les pensées, les idées, et à ne pas froisser autrui, ne fait-on pas mieux que bien ?

D’une part, on ne peut pas convaincre quelqu’un qui n’a pas envie d’être convaincu. D’autre part, on nie son histoire en n’essayant pas de comprendre pourquoi elle pense de telle manière. Je suis convaincue qu’en niant les ressentis d’une personne sur un point de vue, on ne fait que l’inciter à plus de haine et de méfiance. Je me trompe certainement mais quand quelqu’un fait preuve de « haine » ou de « rejet », je pense qu’il faut peut-être chercher à savoir ce qui fait qu’il pense comme ça. Est-ce qu’il y a une peur ? Une mauvaise expérience ? Est-ce qu’il y’a de mauvais souvenirs ? Est-ce qu’il y a un rejet à cause de valeurs religieuses ?

Récemment quelqu’un m’a dit que les femmes si elles se font violer c’est parce qu’elles le veulent bien. J’étais très en colère. Puis, je me dis peut-être que par rapport au vécu de cette personne, il y a quelque chose qui fait qu’elle pense avoir raison et qui la pousse à dire cela. Par exemple, c’est peut-être plus facile de dire « elle le voulait » plutôt que « je n’ai pas su protéger ma femme/mère/soeur/amie » ou de dire « mon mari/père/frère/ami est un violeur » dans les deux cas, cela remettrait en cause des concepts sur lesquels une personne à évoluer. Peut-être que la personne n’a pas envie de se confronter à un viol qu’aurait subi une personne sa mère ou sa grand-mère, et qui remettrait en cause sa filiation. S’il s’agit d’une femme, peut-être est ce une manière de ne pas dire « je suis potentiellement une victime et cela me fait peur ».

Je n’essaie pas de défendre des propos indéfendables mais je me demande si on ne va trop vite à juger, tous autant que nous sommes et moi la première. Quelqu’un dit une chose et surtout avec internet, j’ai l’impression qu’on l’agresse sans savoir pourquoi cette personne pense de telle manière et qu’il faut également rentrer dans le moule du politiquement correct à tout prix. Bien sûr, toute incitation à la haine, la discrimination et le harcèlement doit être combattu. Après n’est-ce pas plus inciter à la haine que de forcer une personne à changer d’avis contre son grès ?

C’est difficile et je n’ai pas de réponse à vous donner.

6 réflexions sur “Tolérance, bienveillance, respect

  1. Robert G. Forge dit :

    Le politiquement correct tuera notre civilisation.
    Pourquoi ? Parce que certaines minorités ont une pensée dictatoriale. Comme l’émotion prime sur la réflexion, c’est la dictature qui impose son point de vue, par la peur. Celle d’être pointé du doigt par les chausseurs de sorcières (oui je pense que c’est une autre forme d’inquisition).
    Ton billet est courageux car je pense que tu risques des représailles.
    Bon courage 🙂

    Aimé par 2 personnes

    • Les conseils de Ponine dit :

      Merci de ton commentaire – courageux du coup. C’est vrai que je n’avais pas mis le terme émotion. Alors qu’il est très juste parce que c’est exactement ce que je fais quand je réagis avec colère, c’est avant tout l’émotion puis la réflexion : une réaction bien humaine. Après c’est toujours différent entre une réaction personnelle en face à face et une réaction collective, même si les deux peuvent dégénérer.

      Les représailles, je n’y avais pas pensé. Déjà que je ne suis pas féministe, je sens que bientôt on va me jeter en prison, à défaut de me brûler vive (rires). C’est triste de ne plus pouvoir penser ou s’exprimer, avec respect, sous peine d’être flagellé. C’est dommage que l’humanité soit descendue si bas.

      Aimé par 2 personnes

      • Robert G. Forge dit :

        « Hérétique, démons, RRRhh Ptuhhhh ! » 😀

        Je ne pense pas que l’Humanité soit « descendu si bas »… mais qu’elle n’est pas encore suffisamment montée.
        L’Humanité est encore un adolescent qui ne veut pas prendre de responsabilité et qui réagit avec colère à tout ce qui lui arrive. Ca prendra encore quelques siècles/millénaires pour que ça lui passe.

        Aimé par 1 personne

        • Les conseils de Ponine dit :

          Tu as raison, toujours oeuvrer pour le progrès du genre humain et pour un monde plus tolérant et ouvert.
          Oulalala dans quelques millénaires, je serai loin. C’est dommage, je suis curieuse de voir comment le monde va évoluer.

          Aimé par 1 personne

  2. Chris dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi, sous couvert du « politiquement correct » on ne peut plus exprimer des opinions sans se faire lyncher par des soi-disant bien-pensants et défenseurs de libertés … Bien évidement je ne parle pas de dire des propos racistes, homophobes ou autres. Ces propos doivent être condamné. Je parle simplement de pouvoir donner son avis sans se faire insulter par des gens qui n’ont pas compris ce qu’on voulait dire.
    Je ne pense pas que JK Rowling soit transphobe, elle donne juste son avis, elle a le droit ! On a le droit d’être d’accord avec elle ou non. Si on n’est pas d’accord on peut même exprimer notre désaccord, mais dans le respect et la compréhension de l’autre. Le problème c’est qu’avec internet et le pseudo-anonymat que cela procure, certains en oublient de parler avec respect et ont vite fait de mettre la personne dans une catégorie alors que ce n’est pas le cas.

    Aimé par 1 personne

    • Les conseils de Ponine dit :

      C’est ça et c’est malheureux. Au final, les défenseurs des libertés ne font que prôner la censure. Cela donne la sensation que l’on confond opinion et trouble à l’ordre publique ou haine. Et je ne pense pas non plus qu’elle soit transphobe, c’est juste une personne qui a un vécu et un passif douloureux (elle a subi des violences conjugales et des viols de son premier mari) elle veut certainement défendre la cause des femmes. Et dans ses messages, elle ne donne pas la sensation de nier l’existence des personnes non-binaires ou transgenres. D’ailleurs elle parle du fait de retirer à certaines personnes leur capacité de parler d’un sujet qui les touche en niant le concept de genre, j’imagine qu’elle doit se dire que si on nie le fait qu’il y ait deux genres, on nie d’une certaine manière les viols et les violences qu’elle a subi. De même que quand elle a défendu une femme qui s’est fait virée de son travail parce qu’elle estime qu’il n’y a que deux genres, au final elle défendait une personne qui s’est faite virée de son travail – avec les conséquences désastreuses pour son futur – pour avoir exprimé une opinion.
      C’est très facile avec internet et l’effet de masse de catégoriser et de haïr une personne, sans voir ce qu’il y a derrière cette personne. Et puis, on ne juge que des mots pas des actes, ni ce qu’elle fait dans la vie réelle.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s