Les archétypes féminins

Je vais vous parler d’un livre que j’ai lu récemment : Femme et Déesse tout simplement : rencontre avec le féminin sacré de Christine Champougny-Oddoux. Il s’agit d’un livre sur le féminin sacrée mais pas seulement. Si vous avez déjà lu Jung, vous avez certainement entendu parler des archétypes. J’avais rédigé un article à ce sujet, il y a quelques années et que vous pouvez trouver ici.

Dans ce livre, il est question de trouver le féminin sacré, mais ce n’est pas seulement utile pour les femmes, car nous avons tous en nous une part de féminin et de masculin. Il est donc intéressant d’étudier les archétypes féminins et masculins que l’on peut avoir en nous, mais surtout, lorsque l’on conçoit des personnages.

Pour les auteurs, les archétypes peuvent être un point de départ dans la conception des personnages, même si, bien entendu, créer des personnages ne peut se satisfaire exclusivement des personnages que par des archétypes mais c’est une base de travail qui peut être utile et amusante.

Je ne vais pas vous spoiler toutes les informations que l’on trouve dans le livre de Christine Champougny-Oddoux, surtout parce que le travail de l’autrice est réellement captivant et que je ne veux pas lui porter préjudice, mais je trouve intéressant de parler de ce livre.

Alors d’un part, ce qui est intéressant c’est qu’il ne parle que des archétypes d’énergie féminine. C’est assez rare pour être noté car les archétypes correspondent souvent à des énergies masculines. Dans Femme et Déesse tout simplement est présenté 7 Déesses grecques et les archétypes qu’elles défendent. Les Déesses sont Artémis, Athéna, Hestia, Héra, Démeter, Perséphone et Aphrodite. Elles sont catégorisées en trois : un premier bloc avec Artémis, Athéna et Hestia, le second composé de Héra, Démeter et Perséphone et le dernier avec seulement Aphrodite. Cette composition reprend les trois énergies de la Grande Déesse à savoir la Jeune Fille (ou encore la Vierge mais pas au sens physique du terme c’est à voir au sens psychologique, avec la Jeune fille les émotions sont naissantes, c’est le fait de découvrir de nouvelles choses, il n’y a rien de péjoratif à avoir des énergies correspondantes à la Jeune Fille), la Mère (on parle aussi de Femme Sensible, de créatrice, de conceptrice, ici Mère n’est pas en lien avec la maternité d’un enfant, même si c’est possible, mais c’est plus le fait de porter des projets, de prendre soin des autres, de savoir s’affirmer aussi), la Sage Femme (ou encore appelée la Vieille Femme ou la Femme Unifiée, bien entendu il ne s’agit pas d’être une femme âgée mais bien d’avoir acquis de la sagesse, des connaissances). Donc à chacune de ses catégories correspond une ou plusieurs Déesses.

Dans les Déesses Vierges:

On retrouve Artémis, Athéna et Hestia. (Je vais parler de femme par facilité et abus de langage, mais il s’agit bel et bien d’énergie féminine et pas de genre en tant que tel)

Artémis est la Déesse de la Lune et de la Chasse, une femme Artémis sera décrite comme libre, confiante, ingénieuse, sportive, assurée, indépendante, aventurière.

Athéna est la Déesse de la sagesse, des arts et de la guerre, une femme Athéna se définit comme étant bienveillante, équitable, sage, déterminée, disciplinée, rusée, leader.

Hestia est la Déesse du foyer, du centre et du feu sacré, une femme Hestia sera discrète, silencieuse, calme, compatissante, dévouée, serviable.

A elles trois, elles forment l’énergie de la Vierge ou Jeune Fille, qui est donc censé représenté la pureté, la nouveauté et le commencement. C’est une énergie de nouveauté et d’action. C’est le fille insouciante, curieuse et avide d’expérience.

Les Déesses Mères :

On retrouve Héra, Déméter et Perséphone.

Héra est la Déesse des mariage et de l’engagement et reine du ciel, dans ses attributs l’on retrouve la dévotion, la jalousie, l’amour, l’autorité, le besoin de fidélité, le matriarcat et la colère.

Déméter est la Déesse des récoltes et des moissons, c’est la mère nourricière, elle est vue comme bienveillante, sensible, compatissant, terre à terre, créatrice, dépressive et dévouée.

Perséphone est la Jeune fille et la reine du monde souterrain ainsi que la femme médiale; elle est décrite comme rêveuse, malléable, calme, innocente, victime, passive docile et naïve.

A elles trois, elles forment l’énergie de la Mère qui est donc censé représenté, la fécondité, la compassion, la vie, la sexualité également. C’est une énergie de pure création et créativité, de conception et de vitalité.

La Déesse Sage Femme :

Aphrodite est la Déesse de l’amour et de la beauté et la Déesse alchimique, elle est belle, sensuelle, active sexuellement, sociable, amoureuse, charmante, charismatique, gourmande, fougueuse, vaniteuse.

L’énergie de la Sage femme est celle de la connaissance, l’expérience de la vie, l’acceptation, c’est la capacité à se transformer à se régénérer. Elle contient également toutes les caractéristiques de la Jeune Fille et de la Mère car elle est passée par ses étapes.

Il ne s’agit là que d’un très bref aperçu que de ce que contient ce livre, je ne peux que vous encourager à en faire la lecture. Il y a de nombreux petits plus comme un questionnaire pour connaître son et ses archétypes principaux, cela peut-être utile pour concevoir les personnages. Il y a également de nombreuses explications sur les Déesses et sur le contextes historiques. Les explications y sont naturellement plus fournies que dans cet article et il y a également tout un cahier d’exercices pour les personnes qui souhaitent se réconcilier avec leurs énergies.

L’avez-vous lu ? Pensez-vous le lire ?

3 réflexions sur “Les archétypes féminins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s