Nourrir la boîte à idées

Si vous êtes sur ce blog, c’est certainement que vous cherchez des conseils pour écrire des romans. J’ai écrit 5 romans depuis 2016 et deux ebooks, cela m’a demandé de trouver des idées pour ces livres. Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager quelques-unes de mes astuces pour de ne pas être en panne d’inspiration.

Ma toute première idée de roman m’est venue très facilement, mais pour les autres ce fut plus laborieux. Des idées, nous en avons tous à chaque instant, mais pour écrire un roman, il faut plus qu’une simple idée. Il faut une idée avec cette petite étincelle qui nous fait dire : c’est ça que je veux écrire, sur ça que je veux passer des mois et ne pas lâcher.

Trouver des idées de romans, d’histoires, de nouvelles ou même d’oeuvres artistiques, demande de faire preuve d’un peu de discipline et de travail. Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas ce qu’il y a de plus fastidieux. Le travail est à fournir au quotidien, mais ce n’est pas insurmontable et il ne s’agit pas d’y passer des heures chaque jour. Ce n’est même pas pénible.

Où trouver des idées ?

La réponse est à la fois simple et complexe : partout !

La meilleure manière de faire est d’observer le monde qui nous entoure. Cela paraît simple, après tout, nous observons tous notre environnement chaque jour. Regarder ne suffit pas, il faut aiguiser son oeil d’artiste, recherche l’originalité, la différence, les détails. Les détails sont capitaux. Notez tous les choses qui vous interpelle permet de nourrir ce que l’on peut appeler la boîte à idée. Tout ce qui vous paraît sortir de l’ordinaire est un excellent moyen de nourrir sa créativité.

L’art est la seconde façon de se créer une réserve inépuisable d’idées. Bien sûr, il n’est pas question de plagier, mais de nourrir son esprit et son imaginaire. Ne vous limitez pas à des oeuvres qui font parties de votre champ de travail. Si vous êtes écrivain, ne faites pas que lire des livres, encore moins des livres du genre que vous écrivez le plus. N’hésitez pas à confronter à des oeuvres ou des arts que vous n’aimez pas. La curiosité est l’une des clés majeures pour être un créatif.

Ce que je vais dire risque de choquer plus d’un lecteur mais il faut surtout se confronter à des opinions divergentes que ce soit dans les domaines de l’art, de la politique, de la religion, de la science etc. Plus vous vous confrontez à des points de vue éloignés plus votre boîte à idées grandira. Après tout, si vous êtes romancier, il est bien possible que vous ayez à développer des personnages avec des personnalités très différentes de la votre, avec des goûts divers, vous verrez qu’alors la boîte à idée comportera bon nombre d’outils précieux pour créer ces personnages. Un petit conseil, si vous vous confrontez à des idées qui divergent beaucoup de vos valeurs, gardez l’esprit ouvert au maximum et voyez cela comme un exercice scientifique. Mettez votre égo de côté, vos croyances également et arrivez avec un esprit neuf, sans jugement. On ne vous demande pas d’adhérer à des idées qui vous sont dérangeantes, mais d’apprendre autant de choses possibles pour nourrir votre imaginaire.

Avoir l’esprit ouvert et curieux est primordial pour générer plus de créativité. Il est cependant inutile de chercher à chaque fois l’extraordinaire. Ce sont dans les petites choses du quotidien que l’on peut trouver le plus d’idées. N’oubliez pas que pour écrire un roman, il ne faudra pas qu’une seule idée, mais que vous allez lier entre elles plusieurs idées pour en faire quelque chose de nouveau. Ne dénigrez pas le quotidien parce qu’il n’est pas assez fabuleux, après tout la nature est le plus souvent plus originale qu’un livre ou une oeuvre d’art.

Profitez de l’expérience des autres. Lorsqu’ils vous racontent quelque chose notez les détails, la manière dont ils vont se focaliser sur quelque chose en particulier. Si vous avez eu la chance de vivre avant les années 2000, rappelez vous les photos de vacances ou les films de vacances. Quand au retour d’un voyage quelqu’un vous montrez ce qu’il avait prit en vidéo ou en photo de son séjour. Avant l’avènement de la photo parfaite à publier sur les réseaux sociaux, du spot parfait pour faire une photo, les gens prenez en photo ce qui leur plaisaient en fonction de leur intérêt. Le parallèle que l’on peut faire avec ça c’est : remarquez de quoi les gens parlent, des détails qui ont captés leur attention. Vous pouvez même faire un jeu avec vos amis, visitez le même lieu et demandez leur ce qu’ils ont retenu. Il y a fort à parier que vous n’aurez pas vu la même chose alors même que vous étiez au même endroit et qu’il se passait exactement la même chose. Faites donc toujours attention à la focalisation choisie par l’autre pour vous racontez un événement. Cela nourrit la boîte à idée plus que vous ne l’imaginez.

Vivez des expériences différentes de votre routine, rencontrez de nouvelles personnes, essayez de nouveaux sports ou arts etc. Dans certains endroits les premiers cours sont gratuits, notamment dans le sport, rien ne vous empêche d’aller faire une séance d’initiation et même si cela n’est pas suffisant pour maîtriser un sport vous aurez au moins une petite connaissance de celui-ci. C’est peu certes mais vous aurez observé un environnement différent du votre. Il est inutile de partir à l’autre bout du monde pour faire des expériences différentes, parfois aller au bout de la rue peut vous en apprendre beaucoup.

Conservez ses expériences

Vous pouvez me dire que tout cela est bien joli et que vous le faites déjà sans que cela ne vous serve. Et c’est peut-être vrai. Après tout, nous vivons souvent des expériences nouvelles sans même nous en rendre compte. Il suffit qu’il y ait des travaux sur notre trajet habituel, un nouveau voisin, une nouvelle boutique, des tracts distribués dans la rue etc tout ceci est nouveau mais nous n’y faisons guère attention. En tant qu’artiste, vous devez apprendre à repérer ces choses, notez vos impressions sur ce que vous avez ressenti.

Vous pouvez utiliser un carnet pour noter vos impressions. Vous n’êtes pas obligé de vous balader partout avec ce carnet et noter absolument tout ce que vous avez vu durant votre journée, mais vous pouvez y entrer toutes les choses qui vous paraissent intéressante. Par exemple, une nouvelle boutique vient de s’ouvrir dans le centre de votre ville, le soir vous pouvez vous poser quelques instants et vous demander quelles sont vos impressions sur cet endroit. Qu’avez-vous éprouvez en voyant l’endroit ? Est-ce que vous avez envie d’y aller ? Y êtes-vous entré ? Pourquoi ? Quels détails avez-vous remarqué ? Comment est-ce que vous avez su qu’il y avait une nouvelle boutique ? Est-ce qu’il y avait de la pub ou des travaux en amont ? Est-ce qu’elle est apparue sans que vous n’en soyez au courant ? Qu’est-ce que ce changement apporte ? Toutes ces questions peuvent vous paraître saugrenues, ou inutiles, mais elles sont là pour nourrir votre boîte à idée. Bien entendu, il n’est pas question de passer des heures à rédiger un descriptif de l’endroit, quelques minutes suffisent. Si vous n’aimez pas les carnets, vous pouvez utiliser votre téléphone ou votre ordinateur. Ce qui compte c’est de garder une trace.

Si vous cherchez à en savoir plus sur la créativité et sur la manière de générer plus d’idée, j’ai rédigé un ebook sur ce sujet. Il est disponible sur Amazon et en abonnement Kindle : c’est par-ci Maitriser les 3 sources de la créativité.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner, à liker, partager et à me suivre sur Instagram.

2 réflexions sur “Nourrir la boîte à idées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s